4 mai 2017

Ryōko Sekiguchi / Zoé Balthus, librairie Charybde, Paris.

La poétesse et traductrice Ryōko Sekiguchi a fait paraître cette année, en collaboration avec Patrick Honnoré, Louange de l'ombre, traduction nouvelle et unanimement saluée du chef-d’œuvre des années 1930 de Junichirô Tanizaki (Editions Picquier, 2017).

À cette occasion Zoé Balthus, de la m/f, l’avait rencontrée dans le cadre d'un passionnant entretien publié dans notre n°5. Ryōko Sekiguchi y explique les raisons qui l’ont poussée à vouloir dépoussiérer l’estampe classique pour faire à nouveau entendre, dans ce qu’elle a de plus actuel, la voix singulière et inquiète de Tanizaki ; son rapport étroit au silence, à la nostalgie, aux demi-mots...

Ce dialogue trouve une belle occasion de se prolonger le 4 mai prochain à Paris, à l’invitation de nos amis de la librairie Charybde. Zoé Balthus y retrouvera Ryōko Sekiguchi, mais aussi Patrick Honnoré, son co-traducteur, pour revenir sur le projet singulier de Tanizaki — et chercher, ensemble, un peu d’ombre dans une époque et une littérature aveuglées.

 

4 mai 2017 - 19h30
Librairie Charybde
129 rue de Charenton
75012 Paris
09.54.33.05.71

 Gare de Lyon

 
24 mars 2017

Lancement du n°5

valsewikimedia

Amis du fourbi, le moment revient d’ouvrir vos agendas. La très dynamique bibliothèque Marguerite Audoux, située à Paris (3e) nous fait l’amitié d’accueillir la m/f pour le lancement en musique du n°5 : « Noir, et ce n’est pas la nuit ».

Bon nombre des contributeurs de ce numéro seront présents, et nous espérons vivement vous y croiser pour bavarder autour d’un verre. La soirée s’organise autour d’une lecture-performance d’extraits de ce numéro, où les auteurs dialogueront avec la guitare attentive de Xavier Mussat. Vous pourrez y écouter Véronique Béland, Nowenn Euzen, Frédéric Fiolof, Hélène Gaudy, Sabine Huynh, Hugues Leroy, Charles Robinson et Romain Verger.

Il y aura donc beaucoup à entendre, encore plus à se dire, sans oublier tout ce qu’il faut pour trinquer ensemble à la santé des revues en général, et de la nôtre en particulier.

Ces réjouissances débuteront à dix-neuf heures précises. Il fera déjà noir, mais ce ne sera pas la nuit puisque ce 24 mars, le soleil ne se couchera qu'à 19h07.

 

24 mars 2017 - 19 heures
Bibliothèque Marguerite Audoux
10, rue Portefoin
75003 Paris

 Arts et Métiers ou Temple

 
28-29 janvier

Le fourbi fait Livre à part

Salon livre à part

Amis parisiens du fourbi, à vos agendas. Le dernier week-end de janvier 2017, vous pourrez retrouver la m/f et ses couvertures chatoyantes à « Livre à Part », le salon des petits éditeurs indépendants.

Depuis 8 ans déjà, cette manifestation offre un espace nécessaire de soutien et de rencontres aux amoureux du livre et aux petites maisons d’édition francophones, dont le travail remarquable reçoit rarement la reconnaissance qu’il mérite.

Plus de trente éditeurs et revues seront présents à nos côtés, dont nos amis du Vampire actif, mais aussi beaucoup d’autres.

Ce sera un moment d’échanges et de rencontres, et une occasion de défendre la littérature que nous aimons. Nous serions donc heureux que vous passiez nous dire bonjour, et nous vous garantissons par ailleurs de jolies découvertes : vous ne repartirez sûrement pas les mains vides !

 

Sam. 28 - dim. 29 janvier 2017 - 11 à 19 heures
Salle des Fêtes de l'Hôtel de Ville
10, place Charles Digeon
94165 Saint Mandé

 M° Saint-Mandé (ligne 1)
et Bus 56, 86 ou 325

 
2 décembre 2016

Le fourbi passe à Nantes

 

 

La m/f compte beaucoup d’amis en région nantaise, une terre d’art, de culture et de canard au muscadet. Et voici une très bonne ccasion de nous retrouver autour de ces valeurs fondatrices.

Nous nous réjouissons de participer à la 16e édition du festival MidiMinuit Poésie qu’organise la Maison de la Poésie de Nantes, du 7 au 11 décembre 2016. Cette manifestation reçoit le soutien de nombreux acteurs culturels de la ville  — dont la librairie Vent d’Ouest.

Si vous ne connaissez pas encore MidiMinuit Poésie, préparez-vous à un grand bol d’oxygène littéraire et de liberté où dialoguent la création poétique, la musique et les arts visuels. Trois jours durant, les vents du large souffleront à Nantes, histoire d’éclaircir nos idées qui en ont bien besoin : expositions, concerts, lectures et rencontres vont se succéder dans onze lieux différents. Nous vous laissons découvrir le programme complet de la manifestation, il le mérite amplement.

Si d’aventure vos pas vous portent, ces jours-là, dans la cité des Ducs, vous y croiserez non seulement des filles de geôlier avenantes mais plusieurs de nos rédacteurs, contributeurs ou amis qui ne le sont pas moins : entre autres, Frank Smith, Marie Cosnay, Thomas Vinau et Frédéric Fiolof, notre infatigable directeur.

A l'invitation du journaliste et critique Alain Nicolas, Fiolof participera au Lieu unique à un entretien en compagnie de Luc Bénazet, de la « revue de travail » les Divisions de la Joie.

Vous pourrez aussi y entendre, le même jour et au même lieu, les lectures de Frank Smith (la m/f n°3) et de Marie Cosnay (la m/f n°2). Sans parler des nombreuses autres pépites que vous réserve une programmation épatante.

Le rendez-vous est donc pris ? Le fourbi, les vents du large et le canard n’attendent plus que vous.

 

Samedi 10 décembre 2016 — 19h15
le lieu unique
2 Quai Ferdinand Favre, 44000 Nantes
(à 5 mn à pied de la gare)

 02 40 12 14 34
www.lelieuunique.com

 
7 octobre 2016

Le numéro 4 est disponible en librairie.

3 octobre 2016

Bobigny-Paris-New York

La littérature, ce n’est pas seulement Bobigny.

La moitié du fourbi avait déjà pris pied en Amérique du Nord par l’entremise de nos amis du Port de tête, à Montréal. On pourra désormais se procurer la revue sous le zodiaque bleu et or d’Albertine, la librairie française de New York.

Albertine

Ce qui nous donne quelques raisons de pavoiser : parce que New York est sûrement la plus fourbiesque de toutes les villes des États-Unis ; qu’Albertine est l'une des plus belles librairies au monde ; et qu’on a un faible pour la taulière.

Si vous vous aventurez en haut de la Cinquième Avenue, distingués lecteurs, franchissez le seuil du n°972 pour découvrir l’hôtel particulier Payne-Whitney, où l’Ambassade de France a le bon goût d'héberger Albertine. Vous passerez notre bonjour à Nathalie et à Miriam ; vous pourrez même repartir avec de belles lectures, que vous aurez payées en dollars !

L’endroit ne vaut pas seulement par ses rayons et son accueil : avec ses marbres veinés, ses dorures, son plafond céleste et son Michel-Ange dans le vestibule, l’hôtel Payne-Whitney vaut le détour. Il fut bâti début 1900, en style néo-Renaissance, pour le neveu d’un baron du pétrole, sur les plans d’un grand architecte qui devait, trois mois plus tard, se faire revolvériser par le fils d'un baron du rail — pour une histoire de femme.

Ça vous pose un pedigree américain, quand même.

 

Albertine
972 5th Avenue, New York, NY 10075
 86th Street / 77th Street
www.albertine.com

 
7 octobre 2016

Soirée de lancement du n°4

Le Bal des Ardents

Lecteurs parisiens, prenez note. La soirée de lancement du numéro 4 («Lieux artificiels») aura lieu le vendredi 7 octobre prochain, à la belle et historique librairie Tschann, boulevard du Montparnasse, dans le cadre du «hors-les-murs» du 26e Salon de la Revue (voir ci-dessous).

Deux ans déjà et quatre numéros, ça se fête ! A cette occasion, ce ne sont pas moins de douze des dix-sept contributeurs à notre quatrième livraison qui répondront présent.

Il y aura donc beaucoup à se dire, beaucoup à lire, et bien assez à boire — ensemble, dans cet esprit de modération conviviale qui a toujours animé notre dynamique organe. Au plaisir de vous croiser là-bas !

 

Vendredi 7 octobre 2016 — 19h30
Librairie Tschann
125, boulevard du Montparnasse, 75006 Paris
 Vavin

 
Le Bal des Ardents

La m/f sera également présente «en les murs» au 26e Salon de la Revue, les 15 et 16 octobre prochains, à l'initiative de nos amis d'Ent'revues, le journal des revues culturelles.

Avec près de 170 stands et 900 publications représentées, cette vingt-sixième édition témoigne de la vitalité surprenante du jardinage littéraire, activité plus que jamais nécessaire dans notre paysage culturel en terrassement. Nous sommes fiers d'y participer, toujours ravis d'échanger avec tous ces autres fourbis comme avec les visiteurs.

Si vous passez près de la Halle des Blancs-Manteaux, profitez-en donc pour passer la porte !

Vous nous repérerez de loin grâce aux couleurs de nos couvertures, et vous y ferez très certainement de belles découvertes.

 

Samedi 15 octobre 10h-20h
Dimanche 16 octobre 10h-19h30
Halle des Blancs-Manteaux
48, rue Vieille-du-Temple, 75004 Paris

 
6 juillet 2016

Quatre

La moitié du fourbi n°4 : « Lieux artificiels », en librairie le 7 octobre 2016.
En pré-commande jusqu’au 30 septembre.

« Je crois que l’inquiétude d’aujourd’hui concerne fondamentalement l’espace, sans doute beaucoup plus que le temps ; le temps n'apparaît probablement que comme l’un des jeux de distribution possibles entre les éléments qui se répartissent dans l'espace. »

Michel Foucault a écrit ces lignes en 1967 : nous sommes entrés depuis lors dans le monde des Déplacements. La moitié du fourbi, pour sa quatrième livraison, pose ses tentes bigarrées dans quelques-uns de nos espaces inventés.


La ville d'Utopia, au Texas.

Dans « Lieux artificiels », il sera question, entre autres, d’îles, de tribunaux, de villes, de paradis, de parcs plus ou moins naturels , de ruin porn, de décors et de leurres ; il sera surtout question de ceux qui les peuplent ; qui les traversent ; qui n’y sont plus.

Comme à l’accoutumée, chaque contributeur s‘est emparé librement du thème. Vous retrouverez des voix familières — Zoé Balthus, Frédéric Fiolof, Hugues Leroy, Gilles Ortlieb, Anthony Poiraudeau — mais aussi des nouveaux-venus — Adrien Absolu, Valérie Beaudouin, Thomas Giraud, Anne Maurel, Jane Sautière, André Rougier, Jean-Philippe Rossignol et Lucie Taïeb. La m/f s’est également entretenue avec l’écrivain Xavier Boissel autour de la question des « leurres militaires », villes ou campements factices destinés à tromper les bombardiers ennemis.

Côté images, enfin, le crayon de Xavier Mussat dialogue avec la plume d’Hélène Gaudy, et nous ouvrons nos pages aux fantasmagories urbaines du plasticien chinois Yang Yongliang. Le sommaire détaillé est ici.

Numéro 4

Vous pouvez d’ores et déjà pré-commander le n°4, au tarif préférentiel de 12,00 € au lieu de 14,00€ et avec des frais de port réduits. N’attendez pas ! La souscription expire le 30 septembre.

16 juin 2016

Rencontre lyonnaise

Le Bal des Ardents

Amis de Lyon et d’alentour, le fourbi se réjouit de retrouver votre belle région. Nous y serons dignement représentés par Anne-Françoise Kavauvea, notre fidèle contributrice et canante auteure en capitale des Gaules, ainsi que par Fiolof, notre dynamique directeur, qui n’est pas homme à résister longtemps à l’appel de la fillette lyonnaise (29 cl).

Tous les deux viendront présenter la m/f et débattre avec Gwilherm Perthuis, de l’association Livraisons, le jeudi 16 juin 2016, dans la belle librairie-galerie du Bal des Ardents.

Traboulez-y quand nous, les amis : on vous attend !

 

Jeudi 16 juin, 19h
Le Bal des Ardents
17 Rue Neuve, 69001 Lyon.

 
8-12 juin 2016

Le fourbi bat le pavé

Marché de la Poésie

Du 8 au 12 juin prochains, sur le pavé probablement luisant de la place Saint-Sulpice à Paris, d'insubmersibles fourbisseurs occuperont, à l'occasion du 34e Marché de la Poésie, le stand 700-704. Nous serons accompagnés de nos trois beaux numéros en costume de printemps, qui tâcheront de mettre un peu de couleur sous le ciel accablé.

L’ensoleillé Mexique est justement à l’honneur cette année — une bonne occasion de lire, ou de relire, le texte de Sylvain Prudhomme sur Pancho Villa, paru dans notre n°3.

Vous nous trouverez en bon voisinage : nous aurons le plaisir d’avoisiner sept autres belles revues — sept d’un coup, c’est dire la puissance de ces compagnonnages littéraires. Passez donc nous voir quand vous voudrez ! Nous vous prêterons un parapluie.

Plus particulièrement, réservez la date du jeudi 9 juin à 14h. En vertu des compagnonnages évoqués ci-dessus, nous participerons, avec nos amis des revues Le chant du Monstre et La Revue des Belles Lettres, à un vivifiant débat sur la scène du Marché ; l’échange sera conduit par André Chabin, de l’association Ent’revues, et portera sur le thème suivant : « Corps hybrides, cœurs métis : les revues se conjuguent au pluriel ».

Au plaisir, hybride et métissé, de vous y retrouver !

 

Mercredi 8 juin — dimanche 12 juin 2016
Place Saint-Sulpice
75006 Paris
Débat le jeudi 9 juin à 14h, scène du Marché.

 
4 avril 2016

Soirée de lancement du n°3

Festival Hors-Limites

Fière de ses racines balbiniennes, la m/f a le grand plaisir de participer cette année à Hors-Limites, le festival de littérature en Seine-Saint-Denis.

Dans ce cadre, l'espace Khiasma des Lilas — voué aux arts visuels, aux performances et aux littératures vivantes — nous ouvre ses portes pour la soirée de lancement de notre n°3.

Prenez date ! Cela vaudra le détour. Trois de nos auteurs, Frank Smith, Sylvain Pattieu et Alessandro Mercuri, nous ont conconté une performance décoiffante, et visagesque en diable, qui fera dialoguer leurs contributions respectives à ce numéro. Leur intervention sera suivie d’un débat collectif autour de la revue.

Il y aura toutes sortes de bonnes choses à voir, à entendre, à se dire, et à boire ensemble. Les demi-fourbisseurs vous attendront là-bas de pied ferme.

Pour venir, rien de plus facile :

 

Lundi 4 avril 2016 — 20h30
Espace Khiasma
15, rue Chassagnolle, Les Lilas
métro ligne 11 — Porte ou Mairie des Lilas
Tram T3b — arrêt Adrienne-Bolland.

 

Vous retrouverez tous les détails de la soirée sur le site de Khiasma et sur celui du festival Hors-Limites.

A bientôt !

7 mars 2016

La moitié fait salon

Salon du Livre de Paris

« Résistance(s) », avec son troublant pluriel mis entre parenthèses, tel est le thème de l’édition 2016 du Salon du Livre de Paris, qui se tiendra du 17 au 20 mars 2016 à la Porte de Versailles.

La moitié du fourbi aura l’honneur d’apporter, elle aussi, sa petite résistance à cette grande et électrique manifestation littéraire.

Nous ne prendrons pas la moitié du salon ; mais, en cherchant bien du côté du stand stand des éditeurs indépendants de la région Ile-de-France (1-G69), vous apercevrez quelques membres du comité de rédaction, le regard traqué, s’abritant derrière des piles de revues.

Venez donc nous faire signe ! Approchez-vous gentiment. Vous n’aurez pas le droit de nous nourrir mais nous devrions parvenir à bavarder — peut-être même à propos de littérature. Cela nous fera bien plaisir.

19 janvier 2016

Trois

VisageRomain Verger

Nous y voilà : le n°3 est officiellement en route.

« Visage » : ce sera donc le mot, le jeton, la luciole que les demi-fourbisseurs s’efforceront de faire luire dans le demi-jour du printemps 2016, « … dopo la scomparsa delle luciole ».

La souscription est ouverte : et à cette occasion, le site a revêtu ses nouvelles couleurs. Une fois encore, tout est remis en jeu : la moitié du fourbi change à nouveau de visage.

Vous y reconnaîtrez quelques voix désormais familières — dont notre rubrique l’œil de l’Oulipo, qui échoit cette fois-ci à Daniel Levin Becker. Mais nous sommes fiers d’accueillir, dans le fourbi de cette troisième moitié, de nouveaux contributeurs pour les textes ou les images : Antoni Casas Ros, Anne De Gelas, Alessandro Mercuri, Bona Mangangu, Sylvain Pattieu, Philippe Rahmy et Frank Smith.

Numéro 3

Ce numéro ouvre également ses pages aux expérimentations facétieuses de l’artiste digital américain Brian Joseph Davis. Enfin, la m/f s’est entretenue avec Agathe Lichtensztejn, chercheuse et plasticienne, auteur d’un essai remarqué sur le selfie.

Tout cela peut se dévisager dans le sommaire de ce n°3, en attendant sa parution le 25 mars 2016.

10 octobre 2015

Littérature et hybridité

Salon Revue 2015

Dans le cadre du 25e Salon de la Revue, la moitié du fourbi propose une rencontre autour du thème « littérature et hybridité ».

La littérature se cherche aussi dans ses propres marges, à la croisée des styles, des supports, des sources et des formes d’expression. La m/f invite à un échange autour de quelques œuvres et projets qui s’inscrivent dans des espaces ouverts et mouvants (fiction/non fiction, essai/récit, archives/création, images/textes). Un espace qu’investissent des auteurs de styles très différents mais qui constitue aussi un champ d’exploration fructueux dans l’univers des revues. Cette rencontre, animée par Frédéric Fiolof, réunira les écrivains Alessandro Mercuri, Anthony Poiraudeau et nos amis de la revue Le Chant du Monstre.

Notez que la m/f tiendra un stand au Salon pour toute la durée de la manifestation, du vendredi 9 octobre à 20h00 au dimanche 11 octobre à 19h30. Si êtes dans les parages, passez donc nous voir ! Nous vous offrirons un café, nous vous régalerons d’anecdotes désopilantes, puis nous tenterons de vous faire déplacer de gros paquets de revues.

Littérature et hybridité
10 octobre 2015, 15h30
Halle des Blancs Manteaux
48 rue Vieille du Temple, 75003 Paris

10 octobre 2015

La moitié double la mise

Romain Verger

Le numéro 2, « Trahir », est dans les mains de notre graphiste. Le site se pavoise de ses nouvelles couleurs et la souscription est ouverte.

Plusieurs nouveaux contributeurs ont honoré cette livraison de leur présence: Sarah Cillaire, Anne Collongues, Alain Giorgetti, Jean-Yves Jouannais, Marie Cosnay et Nolwenn Euzen.

Vous retrouverez l’œil de l'Oulipo, cligné cette fois-ci par Frédéric Forte, et Guillaume Duprat prolonge dans ce n°2 ses investigations cosmogoniques.

La m/f a aussi rencontré le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie, auteur en 2014 d’un essai original sur Snowden, Assange et Manning, pour un entretien autour de la question des lanceurs d’alerte et de la trahison d’État.

Pour le sommaire, c‘est ici.

Livraison le 10 octobre. Le n°2 est d’ores et déjà disponible en ligne.

Du 11 au 14 juin 2015

La moitié sur le pavé

La moitié du fourbi sera présente au 33e Marché de la Poésie, Paris, du 11 au 14 juin.

Nos vertes revues prendront le soleil (espérons-nous) sur le stand 206, où les éditions fario nous accueillent généreusement à leur table.

On sait que le pavé sulpicien est dur aux miséreux et compté aux poètes : nous sommes donc plus que reconnaissants à fario de leur hospitalité.

Et nous ne sommes pas peu fiers non plus — parce que fario, ce n’est pas rien ! On vous incite à filer voir leur catalogue et à vous perdre, comme nous, dans leur splendide revue.

Rendez-vous, donc, dès le 11 juin place Saint-Sulpice : vous pourrez y butiner de bonnes choses de tous côtés, et fourbir ou farioter à votre aise.

Jeudi 19 mars 2015

Une moitié du fourbi publiée en vaut deux

A quoi bon, en 2015, lancer une revue papier si ce n'est pas l'occasion de boire un coup  avec ses lecteurs ?

Quentin Shoëvaërt-Brossault nous fait le plaisir de nous accueillir dans sa belle et spacieuse librairie parisienne, Atout livre, pour y célébrer comme il se doit le premier numéro.

Nous espérons y retrouver nos lecteurs, nos amis, tous les curieux que ce projet interroge ou intéresse.

Nous répondrons aux questions que vous nous poserez et à celles que vous ne nous poserez pas. Nous accueillerons les critiques avec fair-play  et les compliments, avec modestie. Nous lirons des extraits de la revue et pendant ce temps-là, vous aurez le droit de boire ou de grignoter des choses qui craquent.

Il y aura aussi une course en sac ; une démonstration par l'Amicale Laïque de Twirling Bâton de la Moitié du Fourbi ; et un grand loto avec des paniers garnis à remporter. La soirée se conclura par un feu d'artifice (sous réserve de modifications dues à la météo).

Seront de la partie : Frédéric Fiolof, Hélène Gaudy, Sabine Huynh, Jacques Jouet, Anne-Françoise Kavauvea, Hugues Leroy, Edith Noublanche, Sylvain Prudhomme, Romain Verger, Clémentine Vongole, et peut-être quelques autres.

On vous attend donc pour fêter la fin de l’hiver autour de La moitié du fourbi.

Le 19 mars 2015, 19h30
203 bis avenue Daumesnil, 75012 Paris
Métro Daumesnil
 01 43 43 82 27

Le 5 février 2015

La moitié du chemin

Simon Kohn

Nous y voilà : à partir d'aujourd'hui, le premier numéro de La m/f pavoise, de son vert printanier, la devanture des meilleures librairies francophones. Autant dire que nous sommes fiers.

Un peu plus tôt, nous avions confié à l'expédition les exemplaires destinés aux souscripteurs, veillant qu'ils leur arrivent ce même jour. Nous aurons découvert, du coup, les centres postaux et l'univers fascinant des bordereaux — sur lesquels il y aurait tant à écrire, au propre comme au figuré.

Le succès de l'appel à souscription a dépassé nos espérances ; il a aussi dépassé celles de la machine à bordereaux. Trempée au feu de l'adversité, notre fierté en sort encore grandie.

À toutes celles, à tous ceux qui ont fait, en ce début 2015, le pari de nous suivre dans cette aventure d'une revue en vrai papier, nous adressons, des deux moitiés de notre cœur en fourbi, ce simple mot : MERCI. Celui-là ne s'écrit pas en petit.

Reste à savoir ce que vous penserez de la revue. Naturellement, vous n'êtes pas obligés d'en penser quelque chose ; vous pouvez aussi nous écrire pour signaler que vous n'en pensez rien du tout. Mais pour rebondir, approuver, vous indigner ou nous faire signe, c'est ici : revue@lamoitiedufourbi.org.

Le 14 septembre 2014

Commençons par le commencement

Simon Kohn

La première assemblée générale de La moitié du fourbi s’est tenue Le 14 septembre 2014. Ce n’est pas, évidemment, une date que nous avons choisie au hasard.

On notera, pour commencer, que le nombre 1409 est premier, et qu’il peut aussi s’exprimer sous la forme 252 + 282. On aurait choisi le 12, le 13 ou le 15, c’était pané pour la curiosité mathématique.

Par ailleurs, c’est dans la nuit du 14 septembre de l’an 786  – demeurée dans l’histoire comme celle des Trois Califes —, que l'illustre Hârûn al-Rachîd, fils d’un prince et d’une esclave berbère, accède au trône des Abbasides. Commence alors l’âge d’or de Bagdad, dont Les Mille et Une Nuits ont conservé la mémoire enchantée, et qui verra l’apogée de la civilisation médiévale arabe.

Autant dire que La moitié du fourbi s’est donné de sacrés parrains.

Hârûn al-Rachîd fut un inlassable protecteur des Arts et des Sciences. C’est sous son règne à Bagdad que le poète Abû Nuwâs, un habitué de sa cour, composa les vers qui suivent :

Dis-moi : « voilà du vin ! », en me versant à boire.
Mais surtout, que ce soit en public et notoire.
Ce n’est qu’à jeun que je sens que j’ai tort.
Je n’ai gagné qu’en étant ivre-mort.
Proclame haut le nom de celui que tu aimes,
car il n’est rien de bon dans les plaisirs cachés.

Ça se passait à Bagdad, au VIIIe siècle : ce qui ne nous rajeunit pas.

(Trad. Vincent-Mansour Monteil, chez Actes Sud.)